top of page

Votre "responsabilité" dans la disparition d'un proche

" Je n'arrive pas à intégrer la méthode Ho'oponopono, car je ne peux admettre avoir créé la mort de l’être que j'aimais le plus au monde. J’ai lu plusieurs ouvrages sur Ho’oponopono et je bloque sur une maxime maintes fois répétée ‘nous sommes créateurs à 100% de ce qui nous arrive’, entièrement d'accord avec cela pour la santé, le matériel, les relations humaines, mais face à la mort ? "



L’incontrôlable Dans le Ho’oponopono, il est dit que nous sommes 100% responsables de nos actions et que nous créons notre existence avec nos mémoires. C’est pour cela que je préfère utiliser les mots « Responsabilité créative ». La mort fait partie des événements que vous ne pouvez contrôler. Vous ne pouvez contrôler le cycle du jour et de la nuit, vous ne pouvez contrôler les pensées de vos proches. La seule chose qui est certaine par rapport à la mort, c’est qu’un jour cela arrivera, pour chacun d’entre nous.


Votre responsabilité

Maintenant, votre responsabilité est de savoir ce que vous faites du temps que vous avez à vivre. Et vous êtes la créatrice et le créateur de votre existence par votre réaction face à ce qui vous arrive. C’est pour cela que je parle de responsabilité créative, c’est-à-dire que vous créez votre existence à partir de vos actions et de vos réactions.


Le détachement

Vous pouvez décider de chercher à maîtriser l’incontrôlable, comme la mort d’un proche, et ensuite souffrir de votre impuissance face à cet événement. Ou bien, vous décidez de revenir en vous, de vous aligner avec votre être profond pour vous détacher des émotions difficiles qui vous envahissent, c’est ce que permet la pratique du Ho’oponopono. Accueillir vos émotions est la première phase avant le détachement de celles-ci. Cela vous permet de prendre conscience que vous avez eu la chance de connaitre cette personne, de partager avec elle énormément de choses et de remercier pour sa présence. Et ensuite, de comprendre que cette personne ne souhaiterait surement pas vous voir aussi désespéré, mais qu'elle voudrait que vous soyez prêt, le moment voulu, à relever le défi de la Vie.


La paix du cœur

Vous n’avez pas à accepter le décès de cette personne en toute première intention. Il est tout à fait normal d'être blessé-e et profondément triste. Vous avez surtout à apprendre à vivre sans elle, et à le faire dans la paix du cœur. C’est aussi ce que vous permettent d’accomplir les mots du Ho’oponopono. Répétez en vous la formule "désolé pardon merci je t'aime" pour vous envoyer la douceur et la paix dont vous avez besoin.

Nathalie Lamboy









343 vues

Comments


Catégories

bottom of page