top of page

7 expressions qui vous font culpabiliser sans le savoir.

Les personnes qui culpabilisent, sont celles qui ont vécu des traumatismes et se remettent souvent en question. Celles qui font culpabiliser, refusent de voir leur propre blessure et d'en guérir. Ces dernières ont la faculté de détecter les points sensibles chez l’autre, car elles ont déjà été blessées. Mais elles considèrent ces blessures comme des faiblesses, et mettent en place tout un processus de protection pour éviter d’y faire face et donc d’en sortir. Il s’en suit de leur part, un comportement toxique et manipulateur, facilement détectable si l’on connaît leur manière de procéder. L’objectif de cet article est de vous donner les principales expressions culpabilisantes, afin de les détecter, et d’utiliser Ho’oponopono, pour éviter de vous perdre dans la culpabilité.


Certaines personnes ont tendance à pointer chez les autres une « faiblesse » et l’utilisent ensuite pour les faire culpabiliser. Si cette attitude est répétée régulièrement, on appelle cela de la manipulation. Voici les principaux modèles à repérer pour vous éviter de tomber dans le piège.



1. Bravo, mais.

Les félicitations suivies aussitôt par des reproches « Bravo pour votre travail, je vous félicite. Maintenant, vous pourriez changer ça et ça. Vous auriez dû le corriger par vous-même ». La personne vous met en confiance en reconnaissant vos capacités « Bravo, je vous félicite » et les détruit aussitôt en pointant des anomalies « vous auriez dû le corriger ». Votre interlocuteur met en place un ascenseur émotionnel qui peut briser votre assurance, si à chaque fois, vous vous laissez embarquer .


2. Si tu pouvais.

Cela peut aussi être des remarques qui se multiplient au quotidien sur votre façon de vous tenir, de parler ou de vous habiller. « Ça irait mieux si tu faisais comme ci ou comme ça ». Cette phrase répétée plusieurs fois par jour, ou semaine, sur différents sujets, est un véritable lavage de cerveau. Par le rabâchage, la personne met à mal votre en confiance en vous, à la manière des publicités qui vous ressassent les mêmes refrains quotidiennement.


3. C’est pour ton bien.

Voici une tournure de phrase assez répandue « Si je te dis cela, c’est pour ton bien et pour que tu puisses t’améliorer ». Sous-entendu que vous avez un problème et que vous êtes incapable de vous en rendre compte. Il peut vous arriver de faire ce genre de remarque, mais en l’utilisant continuellement, que ce soit vis-à-vis de vos enfants, de votre partenaire ou de vos collègues, cela devient de manipulation par la culpabilité. Vouloir le bien pour quelqu’un d’autre consiste à accepter que l’autre agisse à sa façon et à être présent pour le soutenir.



4. Ordonner l’inverse.

Les ordres contradictoires sont légion au sein de la famille et dans les entreprises. « Tu as pris trop de poids… Fini ton assiette » , « Prenez du temps pour votre déjeuner… Vous auriez dû terminer ce dossier avant midi ». Les incohérences de ces propos déstabilisent, tout en vous mettant dans la culpabilité. Leur répétition provoque une dissonnance cognitive où vos valeurs sont systématiquement rejetées. Vous ne savez plus quoi faire et le sentiment d’être incapable de faire les choses correctement grandi.


5. Le chantage.

« Si tu fais cela, je vais tomber malade », cette phrase est une des formes de chantage affectif, c'est-à-dire une manipulation de plus pour vous faire entrer dans la culpabilité. La seule façon qu'ont trouvé ces personnes pour avoir votre attention, est de vous menacer d'une quelconque punition si vous n'obéissez pas à leur demande : « Après tout ce que j'ai fait pour toi, c'est comme ça que tu me remercies ? » et « Si vous voulez décrocher cette promotion, il va falloir revoir vos horaires ». Il s’agit généralement de « vampires émotionnels » qui ont oublié qu’ils ont déjà en eux, ce qu’ils cherchent auprès de vous.


6. C'est de ta faute.

Reprocher à l'autre ses propres erreurs, de manière répétée et continue, est de la manipulation. « C'est de ta faute si je suis de mauvaise humeur, c'est de ta faute si je suis dans cette situation ». Dès que vous entendez cette phrase, et que l'autre refuse d'en discuter ou maintient toujours le même type d'arguments, comprenez qu'il ou elle est incapable d'assumer la responsabilité de ses actes, et qu'en plus, il ou elle, ne remettra jamais en question son attitude.



7. Le silence Lorsque votre interlocuteur à tendance à ne pas vous répondre, vous tourne le dos ou change brutalement de sujet, et qu'ensuite vous avez l'impression d'avoir dit ou fait quelque chose de mal, sans savoir quoi exactement, c'est encore de la manipulation par la culpabilité. Il peut s'agir d'un sujet de conversation en particulier que l'autre refuse d'aborder parce que celui-ci à construit un mur de mensonge et de contradictions autour de lui. Le mépris de votre interlocuteur est une façon de protéger ses mensonges, et aussi de vous dominer en vous empêchant d'exprimer votre avis ou ressenti.


Observez pour détecter.

Bien sûr, il existe beaucoup d’autres expressions qui ont la particularité de vous mettre dans la culpabilité. Il s’agit ici des plus courantes et facile à repérer. Et c'est la répétition de ce type de comportement qui est à considérer comme de la manipulation. Vous pouvez vous aider de la pratique du Ho’oponopono pour détecter ces phrases, en entrant dans l’observation. En récitant la formule en vous lors d’un échange, vous devenez attentif à votre ressenti intérieur, votre Moi profond, qui sent quand quelque chose ne va pas dans la discussion.


Ho’oponopono toujours.

L’autre atout de la pratique hawaïenne est de vous observer de l’intérieur grâce à l’alignement, afin de définir si vous avez tendance à dire ce genre de phrases aux autres et aussi… à vous-même ! Si vous avez reçu ce genre de messages toute votre enfance ou votre vie d’adulte, vous avez peut-être conservé cette habitude de vous manipuler vous-même. Il est, en effet, possible que vous vous infligiez des reproches régulièrement et que vous ressentiez en permanence de la culpabilité. Nettoyez cette habitude en utilisant la formule du Ho’oponopono lorsque vous vous surprenez à ressasser ce type de phrases. Ainsi, vous sortez de la culpabilité pour développer votre confiance.


Pour conclure,

Guérir de vos blessures passées devient essentiel lorsque vous prenez conscience qu’elles peuvent être utilisées à vos dépens. Vous pouvez également être votre propre bourreau, si vous ne prenez pas garde à vos habitudes de pensées destructrices. La culpabilité, lorsqu’elle est maintenue active, a des répercussions sur votre confiance. Aussi, prenez le temps, chaque jour, de vous dégager de ce type de pensées. La pratique du Ho’oponopono permet de vous libérer des mémoires ou habitudes, culpabilisantes. Elle vous permet aussi de rester ancré lorsque des personnes tentent de vous manipuler, et d'être dans une vigilance douce envers vous-même.

Nathalie Lamboy





2 367 vues

Comments


Catégories

bottom of page