Comment vivre sa spiritualité dans un monde matériel ?



Vivre sa spiritualité signifie, pour la plupart d’entre nous, se libérer des contraintes matérielles. On expérimente des pratiques ésotériques, on écoute des enseignements, on plonge dans des retraites et on s’emplit du Prâna qui baigne l’Univers. Cette quête de la paix de l’esprit se fait dans le désir profond de s’éloigner d’un monde trop lourd à supporter au quotidien. Mais est-ce le meilleur moyen pour être heureux ? Est ce que cette recherche ne devient pas une contrainte ? Comment parvenir à vivre pleinement sa spiritualité ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la spiritualité ?

La définition du dictionnaire nous dit que cela définit tout ce qui est esprit et dégagé de toute matérialité. La spiritualité est donc la part virtuelle de tout individu, et la conscience nous permet d’y accéder. Comme nous sommes composés d’un corps et également d’un esprit, cela revient à dire que nous sommes TOUS des êtres spirituels.

Premier obstacle, les autres.

Dans votre entourage, vous avez certainement des personnes qui n’ont pas conscience de cette part d’eux-mêmes, elles sont intimement persuadées d’être seulement un corps et par conséquent s’identifient uniquement au monde matériel. Elles ont oublié ou refusent de voir cette dualité corps-esprit, qui, si on les écoute, est une vision absurde et irréaliste de la vie.

Quelle énergie perdue à tenter d’amener ces personnes dans une autre perception d’elles-mêmes ! Inutile de chercher à les convaincre, c’est une décision personnelle. L’important est de comprendre que ces personnes sont aussi spirituelles que vous mais elles n’en sont pas conscientes. Mettez plutôt votre attention sur votre propre nature spirituelle et laissez-là s’épanouir. Développez cet aspect de votre personne et permettez aux autres de suivre leur propre chemin. Ainsi vous serez dans l’action spirituelle.

Second obstacle, vous-même.

Voici une autre difficulté que vous pouvez rencontrer pour devenir un être spirituel à temps complet : Tenter de vous détacher de toute matérialité. Cela implique pour nombre de personnes, le refus de toute forme de confort, que ce soit pour son habitat ou ses vêtements. Peu à peu, vous commencez à malmener votre corps en le nourrissant en fonction de préceptes reçus et non de ses véritables besoins. Le manque de considération pour vos besoins biologiques dégénère en mal-être et parfois en maladie car c’est le seul moyen dont dispose votre corps pour vous ramener à lui. C’est ainsi que, par dépit, ce corps vous cloue au lit.

Nous sommes, vous êtes conçus de matière. Elle est là, notre particularité et notre force. Cette bataille contre la matérialité devient une lutte contre soi. Si vous martelez quotidiennement des « il ne faut pas » ou des « ce n’est pas bien », vous luttez contre votre propre nature qui est autant matérielle que spirituelle.

Une solution, accepter.

Intégrer ces deux aspects, sa matérialité et sa spiritualité, ressemble à un défi. Accepter son essence divine, peut sembler aussi difficile que d’accepter la présence éphémère de son corps. Nous venons au monde avec un corps qui se transforme au gré des expériences et des années alors que notre esprit semble immuable. On tente de maîtriser son apparence qui change immanquablement. On se réfugie dans les pratiques spirituelles pour oublier ce mouvement puis on s’aperçoit qu’elles n’empêchent aucunement de vivre la déception, l’amertume ou la frustration.

On aimerait rester pour toujours dans ce monastère où l’on a vécu une retraite de silence et de recueillement. Le retour au quotidien est une vraie souffrance pour ceux qui pensent que c’est seulement dans un tel entourage qu’ils peuvent s’épanouir.

Seulement c’est vite oublier que toutes ces pratiques, tous ces rituels, quelle que soit leur origine, ont été créés pour vous aider à prendre contact avec votre part spirituelle dans votre vie matérielle.

Méditer dans son salon ou sa chambre, est une ouverture vers la spiritualité, à condition d’accepter d’être dérangé par ceux qui habitent avec vous, et non de vous rigidifier ou de pester au moindre bruit.

Devenir végétarien est aussi une ouverture vers la spiritualité, à condition d’accepter la viande qui vous est proposée au cours d’un repas chez des amis, et non de les faire passer pour des assassins ou des ignorants, ce qui constitue une source d’intolérance.

Écouter des enseignements de grands maîtres, c’est ouvrir son intellect à d’autres formes de pensées, tout en prenant conscience qu’ils expriment leur version et non la seule et unique vérité, sinon cela devient une autre source d’intolérance.

Le véritable épanouissement spirituel

c’est accepter d’appartenir à ce monde matériel.

Une méthode intérieure.

Établir l’harmonie entre ces deux aspects de notre personne est la clé pour vivre un quotidien serein. Ainsi, vous vous sentez en confiance et à votre place dans ce monde matériel tout en exprimant votre part spirituelle.

Pour réaliser cet équilibre, j’utilise la représentation matérielle de mon existence, ma maison. Pour l’aspect virtuel ou spirituel, ce sont mes émotions. Ces dernières sont la représentation de mon niveau de confiance en la vie. Les doutes, les angoisses et toutes les peurs qui surgissent sont nettoyées avec le Ho’oponopono et ses quatre mots de sagesse. Ma maison, quant à elle, est le reflet de ma vie intérieure qui s’affiche sur les murs de mon salon, ou la façon d’aménager ma chambre et l’intérieur de mes placards. Je m’en sers comme d’un guide.

Ainsi, il n’est plus question de se battre contre votre part matérielle mais de l’utiliser comme un tremplin vers votre vie spirituelle. Loin de se contredire, ces deux aspects se complètent pour devenir vos alliés au quotidien.

La méthode HO’OME® que j’ai créé et que je développe dans mes stages, permet de trouver l’harmonie en utilisant ce que vous avez à portée de main, vos « intérieurs ». Au lieu de tenter d’échapper à votre part matérielle ou spirituelle, vous découvrez qu’en obtenant l’équilibre de ces deux aspects, vous vivez pleinement votre spiritualité dans le respect de votre matérialité.

Dedans et dehors

Quand vous disposez un autel dans votre salon, la spiritualité se matérialise dans votre maison. Vous mettez à l’extérieur se qui se passe en vous. Prenez conscience qu’il en va de même pour tous les domaines de votre existence. Votre vision du couple apparaît dans votre chambre, celle de votre santé dans votre cuisine, l’estime que vous avez de votre personne est visible dans votre salle de bain. Tout ce qui est en vous, apparaît à l’extérieur.

Il s’agit d’une interprétation symbolique qui prend tout son sens quand on connaît l’implication du matériel sur votre esprit. En effet, en passant chaque jour devant l’autel que vous avez installé, cette image que reçoit votre cerveau va entretenir votre part spirituelle, jusqu’à devenir une évidence. Puis un jour vous prenez conscience qu’il n’y a peut-être plus besoin de toute cette représentation car vous savez qui vous êtes ; un être spirituel venu expérimenter une vie matérielle.

L’autre facette de la méthode que j’ai plaisir à enseigner, est qu’elle permet de passer à l’action en donnant un point de départ. Le plus difficile n’est pas de changer mais de savoir par où et quoi commencer. Vos émotions sont des indicateurs pour orienter vos choix.

Quand vous rentrez chez vous après votre travail, vous ne tenez pas en place et préférez sortir, peut-être est-il temps de modifier l’entrée de votre maison pour la rendre accueillante et cocoon. Si au contraire, vous passez beaucoup de temps dans votre maison jusqu’à oublier de manger et de passer du temps avec vos proches, c’est le signe qu’il faut dégager votre entrée des cartons, vêtements et autres bazars qui vous empêchent de circuler librement. L’essentiel est de trouver l’harmonie tout en comprenant ce qui se passe dans vos intérieurs.

La maison et vos émotions sont les outils idéaux car à ils sont à votre disposition au quotidien. Ainsi, vous disposez de l’essentiel pour évoluer autant au niveau matériel que spirituel.

Nathalie LAMBOY

www.vivrehooponopono.com

Pour en savoir plus :

Les livres sur Ho'oponopono



Articles récents